Lettre de Soeur Marie Stella pour le temps pascal

Lettre de Soeur Marie Stella pour le temps pascal

Soeur Marie Stella avec une patiente au centre Maguy. (Photo J.-L. Durand).

Soeur Marie Stella avec une patiente au centre Maguy. (Photo J.-L. Durand).

Soeur Marie Stella nous écrit depuis Dapaong, au nord du Togo, pour nous donner des nouvelles des orphelins que son association protège et éduque et nous tenir au courant des nombreux projets en cours, malgré une situation sociale très difficile.Très chers parrains, marraines, associations, amis(es), partenaires,

Quarante jours pour nous croyants à la suite du Christ pour prier, nous purifier, faire l’aumône, se réconcilier avec Dieu et nos frères. Certes, c’est un moment très dense en activités, mais aussi un temps pour être plus proche des personnes fragiles, malades, démunies et vous porter tous dans la prière avec vos joies et vos  peines.

À l’association Vivre dans l’Espérance (VIE), ce temps a été coloré par plusieurs évènements : vie, décès, naissances, maladies…
Nous traversons, depuis des mois, une situation socio-politique et économique terrible. Depuis septembre 2017, le pays est paralysé par une succession de grèves des enseignants et du corps médical.
Heureusement le centre Maguy comme l’hôpital pédiatrique et les centres de santé Yendube, sont là pour accueillir et soigner, en priorité les personnes en précarité.

Le Centre de Santé se déploie sur deux étages. Un véritable petit hôpital pour une région qui en a bien besoin. (Photo J. L.)

Le Centre de Santé se déploie sur deux étages. Un véritable petit hôpital pour une région qui en a bien besoin. (Photo J. L.)

Le centre Maguy, que nous avons construit, fêtera bientôt ses un an d’existence et il est de plus en plus connu pour la qualité de ses prestations, son accueil et son hygiène. Nous avons été interpelés par beaucoup de familles. Bien des femmes enceintes réclament un service de  maternité au sein du centre Maguy.

 

Une maman à la pédiatrie. (Photo J.-L. Durand).

Une maman à la pédiatrie. (Photo J.-L. Durand).

 

 

Pour répondre à cet appel urgent, nécessaire et vital, une partie du service d’hospitalisation est en train de se transformer en service de maternité. Les consultations prénatales ont commencées en lien avec des sages-femmes des hôpitaux périphériques et un infirmier a été formé dans cette

spécialité. Ceci pour sauver la vie à tant de mères et enfants qui sont en souffrance actuellement à cause des grèves et de la situation financière des familles qui empêchent les mamans d’arriver assez tôt dans les services de maternité pour un accouchement digne et qui sauve leur vie.

Eloi, le « petit roi »

Eloi dans les bras d'une de ses "petites mamans". (Photo D. R.)

Eloi dans les bras d’une de ses « petites mamans ». (Photo D. R.)

C’est le cas d’Eloi, né le 1er Décembre 2017. Sa maman est décédée quelques jours après sa naissance, laissant derrière elle six enfants avec un père sans travail. Il a vendu tous ses biens et  ses  récoltes  dans  l’espoir  de  soigner  sa  femme.  Son  fils  aîné  a  dû abandonner la classe de Terminale pour aller chercher un emploi de métayer afin de d’aider son père a payer les dettes des soins de sa mère défunte.

Eloi n’a pas trouvé de famille d’accueil car le père étant très pauvre, il ne pouvait payer le lait artificiel. Il a été accueilli à la  maison familiale Saint-Augustin comme un petit roi pour recevoir tout l’amour dont il a besoin. Aujourd’hui il est éduqué parmi les garçons de Saint Augustin, par deux jeunes « mamans ». Les garçons sont fiers d’avoir un jeune petit frère. Dieu soit loué et merci à la marraine qui a accepté le parrainer !

Nous avons encore des difficultés telles que le manque de matériel médical et de laboratoire qui entravent le bon fonctionnement de certains services. Mais nos difficultés ne nous empêchent pas de continuer notre chemin. Aujourd’hui nous avons entamé des démarches auprès de certaines compagnies d’assurances pour une affiliation afin de permettre à toutes les couches sociales d’avoir accès à nos prestations. Tout est possible à celui qui aime Dieu et son frère ». À Dieu notre vie.

Grand-mère Bachi a rejoint le Ciel

Bachi, une vieille musulmane aveugle que nous accompagnions depuis

Notre amie Bachi. (Photo D. R.)

Notre amie Bachi. (Photo D. R.)

plusieurs années, est décédée. Ses enfants en fin de vie, victimes du sida, s’étaient fait baptiser au catholicisme lors de leur prise en charge par VIE. Malheureusement ils sont tous les deux décèdés en 2002 aux  premières heures de l’association  VIE. Cette grand-mère a tellement pleuré la mort de son fils et de sa petite fille, qu’un matin, au lever du jour, ses yeux se sont scellés, collés à jamais. Elle ne verra plus de lumière jusqu’à sa mort, comme si Dieu l’invitait à choisir à partir de ce moment la vie intérieure. Elle a toujours porté l’association dans ses prières et la vie fraternelle avec elle a duré dix-sept ans.

C’est pour nous un vide mais, au même moment, nous célébrons cette grande sainte qui intercédera pour nous au ciel en faveur de la paix entre les religions, en ce moment où au nom de Dieu, des gens se permettent de se tuer. Qu’elle intercède avec nos prières et celles des familles déchirées par la souffrance et la haine. À Dieu, notre grand-mère, nous comptons sur ton soutien, ton affection spirituelle.

Nous avons partagé la peine des familles françaises frappées par les
attentats dans le village de Trèbes. L’attentat a tué quatre personnes dont le lieutenant-colonel Beltrame, lui aussi mort à la place d’un otage. Aimer jusqu’à donner sa vie, quel témoignage poignant qui nous interpelle au quotidien comme Jésus sur la croix qui meurt pour nous sauver! Un beau témoignage de foi, d’amour et de sacrifice. Nous prions pour toutes les victimes et leur famille.

Un soutien scolaire essentiel
« Quand les frères travaillent ensemble, les montagne se changent en
or ». Nous avons accueilli plusieurs stagiaires Français, jeunes et adultes

Le soutien scolaire est essentiel pour que les enfants ne décrochent pas. (Photo Kimberley Gaillard et Gwendoline Bruguet.)

Le soutien scolaire est essentiel pour que les enfants ne décrochent pas. (Photo Kimberley Gaillard et Gwendoline Bruguet.)

qui nous appuient dans les différents secteurs de l’association en ce moment où la grève des enseignants rend la vie difficile aux enfants. Le soutien scolaire reste l’unique solution car ces enfants sont souvent perdus dans leur quotidien parce qu’ils passent la grande partie de leur temps à la maison.

Nous saluons également le renfort de deux de nos jeunes : Hubert  et Joseph, ainsi qu’Arsène et nos séminaristes qui viennent, par moments, pour nous aider à encadrer, éduquer, former leurs petits frères. Ils appuient aussi les différents responsables des deux maisons familiales et interviennent dans les différents services de l’association. Merci à chacun vous pour leur contribution, car ensemble que pourrons bâtir la Vie.

Pâques à VIE 2018, une année d’épreuve ? Dans nos deux maisons (Saint -Augustin et Sainte-Monique), pour la première fois, les enfants qui ont terminé leur catéchèse pour être admis au baptême dans la nuit de Pâques ont tous échoué à l’examen du catéchuménat! La nouvelle n’a pas été facile à accueillir mais à VIE, nous avons des grâces inattendues.

Deux belles surprises

Il y trois ans nous avions accueilli une jeune fille en détresse pour lui donner une formation à sa mesure. Elle avait été violée et était enceinte. Nous l’avons accompagnée avec beaucoup d’amour et aujourd’hui sa fille a deux ans. C’est elle qui a été retenue pour le baptême. L’accord lui a été favorable car elle a eu le désir de marcher avec le Christ en suivant la catéchèse avec tout son coeur. Elle connait le bien et le mal et sait dire également l’essentiel de sa prière. Oui, comme le dit saint Paul, ce sont les plus faibles que Dieu choisit. C’est un beau témoignage pour tous les enfants des deux maisons familiales et pour toute la famille VIE.
Tous les enfants de cinq à dix-huit ans ce sont privés d’un petit-déjeuner pour offrir un cadeau à leur soeur. Un très beau témoignage de charité et d’amour. Car les grâces qu’elle recevra seront pour tous. Elle a eu une belle fête grâce à la foi des enfants et à leur amour

La deuxième surprise vient d’une fille non voyante que les enfants ont
repérée à l’école  à qui nous avons payé une formation au tissage de sacs.  Elle a été baptisée et est venue faire la fête avec nos enfants car elle n’avait pas les moyens d’offrir une fête. Nous l’intégrons en famille pour lui donner de l’amour, pour prendre part avec elle à la Résurrection de Jésus, à sa nouvelle naissance en Dieu.
C’est cela la vraie fête et tous ensemble, avec les enfants, tout s’est
organisé comme si ces deux jeunes filles faisaient vraiment partie de VIE.

Nous élargissons nos tentes pour faire place aux plus pauvres

Les moyens financiers diminuent de toutes parts mais dans notre misère nous élargissons nos tentes pour faire place aux pauvres, aux malheureux. Tout ceci n’est possible que grâce à vous, les donateurs. Nous pourrons ensemble éradiquer la misère et donner place à la vie. Merci.
Pâques à VIE, c’est de voir jour après jour que le groupe de la chorale avance à pas géant avec beaucoup de sérieux et que les associations partenaires s’organisent pour l’accueil avec beaucoup de dynamisme et d’amour. Nous remercions déjà ceux qui ont regardé, participé et contribué à l’initiative « soli’choeur ». Ce projet est une très belle initiative et est d’une utilité capitale pour les jeunes orphelins de l’association Vivre dans l’Espérance.

Dans quelques jours, l’Association Yendouboame célèbre ses 10 ans
de d’existence. Elle oeuvre à nos côtés dans différentes actions : les
parrainages et le fonctionnement de l’Association Vivre dans l’Espérance. Nous sommes heureux d’annoncer cet anniversaire qui est un signe de fidélité, d’amour et de courage. Merci à tous les membres, les amis et partenaires de l’Association Yendouboame. Que le seigneur vous bénisse et vous garde !
Soeur Marie Stella


Source: Blog du Pèlerin Lettre de Soeur Marie Stella pour le temps pascal