« Pédiatres du monde » ausculte Vivre dans l’Espérance

« Pédiatres du monde » ausculte Vivre dans l’Espérance

Toute l'équipe de Pédiatres du Monde avec le "staff" de Vivre dans l'Espérance et Soeur Marie Stella. (Photo J. Yaobone.)

Toute l’équipe de Pédiatres du Monde avec le « staff » de Vivre dans l’Espérance et Soeur Marie Stella. (Photo J. Yaobone.)

L’association vivre dans l’espérance a reçu du  5 au 18 novembre, la visite d’une  délégation de Pédiatres du monde composée de quatre personnes dont : un pédiatre hospitalier d’Amiens, Dominique Leyronnas, pédiatre néonatalogiste  de Paris, une sage-femme et un biologiste de laboratoire. La délégation était accompagnée par Xavier Lafont, président de l’association Enfants de l’Espoir, qui a joué le rôle de  « guide logistique ». Pédiatres du Monde est une organisation non gouvernementale à spécificité pédiatrique créée en 1996.

Cette  mission est la deuxième initiative de l’association Enfants de l’Espoir, après celle du projet « Soli’chœur ». Enfants de l’Espoir est une nouvelle association créée en 2018 en France et qui regroupes les différents partenaires de l’association Vivre dans l’espérance.

L’objectif de la mission des Pédiatres du Monde au nord du Togo, était « d’inscrire les projets de Vivre dans l’espérance dans l’environnement local, et d’impliquer, dès le départ, les structures existantes, pour les inclure également aux propositions et recommandations de fin de mission » ont-ils expliqué. « Dès le départ, nous avons été impressionnés par la dimension des actions de Vivre dans l’Espérance et par la manière exemplaire dont elles sont gérées. » ajoute Dominique Leyronnas.

Discussion autour du matériel amené par Pédiatres du Monde. (Photo J. Yoabone).

Discussion autour du matériel amené par Pédiatres du Monde. (Photo J. Yoabone).

Durant onze jours, la délégation a visité les différents services du  centre de santé Maguy, le service néonatalogie de l’hôpital Yendoubé, le centre sanitaire de Korbongou qui sont des structures privées et le laboratoire du Centre hospitalier régional (CHR) de Dapaong.  Ces visites ont permis à la mission de connaître les réalités du niveau sanitaire de Dapaong afin de déterminer  les besoins en termes d’accompagnement des équipes médicales et paramédicales liées à l’enfance.
De manière unanime, la mission a observé le niveau correct de réponse aux enjeux médicaux locaux par les structures privées (Yendoubé, Korbongou, Maguy) et de très forts écarts avec le CHR notamment. Ainsi,  le CHR a créé tardivement un service de néonatalogie, mais la réponse apportée par la néonatalogie de Yendoubé est très largement de meilleure qualité, même si elle est moindre en nombre. La maternité du CHR (4 000 accouchements par an) est souvent saturée, mais est la seule structure à disposer des infrastructures techniques nécessaires (bloc, césariennes …)
Le centre Maguy a pratiqué, lui, depuis avril 2018, une cinquantaine d’accouchements. Cette activité n’était pas prévue au départ mais a répondu à une nécessité (grève du CHR en avril-mai, choix de qualité d’accueil). Le projet de maternité Maguy est dimensionné pour 500 accouchements par an. En fin de mission, la proposition d’adjoindre à la maternité Maguy un bloc opératoire a été faite par VIE. Des plans ont été soumis sur lesquels l’avis de Pédiatres du Monde est sollicité.
Examen du réseau des laboratoires
« Nous avons constaté que le maillage entre les différentes structures de la ville est déjà bien fait, explique le Dr Leyronnas. Notre idée est de développer l’éducation sanitaire des populations et la formation des acteurs de santé afin qu’ils travaillent encore davantage en complémentarité. Par exemple, le notre confrère biologiste a étudié comment le laboratoire du centre Maguy pourrait être développé de manière à générer des revenus pour la bonne marche des autres services. »
Parmi les laboratoires d’analyses médicales, celui du CHR est le mieux équipé et réalise des analyses qu’il est le seul à pouvoir pratiquer actuellement (grâce à son équipements, ses personnels, son niveau de formation). Le laboratoire de l’hôpital pédiatrique Yendoubé est plutôt bien équipé, bien encadré et répond aux besoins d’analyses de premier niveau (dites « au lit du malade ») – Le laboratoire de Korbongou réalise les premières analyses dans des conditions correctes et transmet à Yendoubé les analyses plus complexes.
Le laboratoire de Maguy est provisoire. Il réalise les premières analyses au lit du malade et

L'équipe devant les colis qu'elle a apporté. Au centre  : Dominique Leyronnas (assis), Xavier Lafont (debout)

L’équipe devant les colis qu’elle a apporté. Au centre : Dominique Leyronnas (assis), Xavier Lafont (debout)

transfère à Yendoubé et au CHR les besoins non couverts. L’objectif est de réaliser à Yendoubé et Maguy au moins les mêmes analyses, voire d’équiper Maguy de possibilités d’analyses supplémentaires (pour les hépatites entre autres). Cette option, confirmée en fin de mission, correspond également à une nécessité économique pour Maguy (qui, en 2018, a consacré 3 000 € de dépenses d’analyses auprès de Yendoubé).

Appui possible à la création d’une maternité
Pédiatre du Monde n’est pas une structure de financement mais peut contribuer à la recherche de financements, d’équipement et de produits consommables. La mission de novembre est déjà venue avec un ensemble de petits matériels médicaux qu’elle a offert au centre de santé Maguy appartenant à Vivre dans l’espérance avant de rencontrer les membres du conseil d’administration de cette dernière.
Un partenariat pourrait se concrétiser par un appui au renforcement des capacités du personnel du centre Maguy, à la création de la maternité (plans, petit équipement, matériel -couveuse, formation), à la création du laboratoire (en lien avec Biologistes sans Frontières), petit équipement et consommables.
Des formations restent à concevoir dans leur contenu et leurs modalités, notamment en les rendant accessibles à chacune des structures. Les structures de l’Etat en ont été reconnaissantes à la mission.
Une liste des matériels et des équipements nécessaires doit être élaborée par VIE et permettra d’acheminer vers Dapaong (un projet Enfants de l’Espoir 2019, à formaliser) ce qui sera collecté. Le réseau des médecins et biologistes de Pédiatres du Monde sera, de ce point de vue, précieux.
La délégation devait rendre son rapport au Conseil d’administration de Pédiatres du Monde mi-décembre pour approbation.
Jean Yoabone et Xavier Lafont

 

 

 

 

 


Source: Blog du Pèlerin « Pédiatres du monde » ausculte Vivre dans l’Espérance